CDE 1er degré juin 2018

Mouvement 2018

OK

 

Les propositions de nominations ont été validées lors de la CCMD du 21 Juin. Mr Bouchet a reconnu que les nouvelles modalités concernant les enseignant-esclassé-es en catégories A ont facilité les mutations. A demi-mots, l’action du FEP CFDT a été ainsi soulignée !

 

 

Situations de l’emploi

La balance des postes (nombres de postes à pourvoir/nombre de personnes à nommer) fait apparaitre la possibilité d’augmenter le nombre d’intégrations. Cette année, environ 15 enseignant-es issu-es d’un autre département vont pouvoir être nommé-es en Vendée à la rentrée 18. Ils ont reçu la liste des postes non pourvus après la RPRV et sontinvité-es à faire un ou plusieurs vœux. Les membres du FEP CFDT se réjouissent de cette situation, que nous appuyons depuis des années : répondre à ces demandes correspond aux attentes et besoins de mobilité de plus en plus accrus.

demenage

Les membres de la FEP CFDT ont souligné une erreur sur le tableau de l’emploi. Elle va finalement pouvoir être corrigée sans incidence sur le mouvement. Cet incident prouve que notre rôle n’est pas, comme certain-es semblent le penser, de nous opposer systématiquement, mais bien d’être vigilantes sur les dossiers et force de proposition.

 

 

 

 

La RPRV (Réunion pour les Postes Restés Vacants, ex « foire aux postes »)

foire aux postesCette année, 12 enseignantes étaient concernées. Ce chiffre est plus faible que les années précédentes, puisque les enseignant-es classé-es en catégorie A ont, pour la plupart, abouti sur un de leurs vœux, grâce aux nouvelles modalités proposées par la FEP CFDT. La liste proposée comportait un grand nombre de poste, composites ou non. Mais, nous regrettons que beaucoup de ces postes soient des postes à l’année. Les enseignant-es qui ont fait ce choix prennent le risque de se retrouver dans la même situation lors du prochain mouvement. Quelques jours après la RPRV, nous avons envoyé aux personnes présentes un questionnaire : les réponses font apparaitre que les modalités mises en place ces dernières années, suite aux propositions de la FEP CFDT, améliorent le déroulement de cette réunion stressante : envoi de la liste actualisée la veille de la RPRV, organisation en 2 temps distincts si besoin,  ..

 

Refus de CE

Comme chaque année, des chef-fes d’Etablissement ont fait connaitre à la CDE leur refus de la proposition de nomination. La CDE ne donne pas suite à ces demandes. Le FEP CFDT a encore souligné que certains arguments du refus ne sont pas recevables, basés sur la réputation de l’enseignant-e ou des faits ayant eu lieu plusieurs années auparavant. Nous sommes aussi surprises que les difficultés présupposées de ces enseignant-es ne soient pas toujours connu-es des IEN et apparaissent seulement lors des demandes de mutations. Les CE nous expliquent la difficulté de rédiger un dossier factuel sur ces enseignant-es à destination de l’IEN…Nous voulons bien le comprendre, mais ne voyons pas en quoi il est plus simple de faire une démarche auprès de la CDE ?Nouveauté cependant : certain-es CE expriment leur refus en sachant que celui-ci ne sera pas suivi. Il s’agit pour eux de se protéger en cas de difficulté ultérieure.

 

Nominations des nouveaux diplômé-es

Cette année, l’ensemble des nouveaux diplômé-es peut bénéficier d’impératifs familiaux (tous sont pacsé-es, ou marié-es ou avec des enfants). Les affectations seront donc décidées en fonction de l’AGS (= années de suppléances) et, en cas d’égalité, de l’âge (priorité au plus âgé-e). Nous savons que ces collègues attendent avec impatience leur affectation, sachant, entre autre, que 2 postes restent à pourvoir sur l’Ile d’Yeu, ainsi que des directions de petites écoles….

 

Reconduction de suppléances

Depuis plusieurs années, des suppléant-es demandent à être reconduit-es sur un remplacement dans l’école où ils sont en fin d’année. Les années passées, le FEP CFDT a souligné que ces demandes ne correspondent pas aux accord de l’emploi, les affectations de suppléant-esdevant suivre la règle de l’ancienneté. Des critères avaient été alors été définis (reconduction possible dans les écoles de 2 ou 3 classes, ou si présence d’élèves en situation de handicap, ou autres situations particulières). La CDE a étudié 23 demandes, et a accordé 8. Nous sommes satisfaites de constater que les demandes pour situations particulières n’ont pas été octroyées. Les autres membres ont-ils pris conscience, comme nous l’avons souvent répété, que ces demandes peuvent léser des suppléant-es ayant une ancienneté plus importante ?

CCMD 85 juin 2018

Classe exceptionnelle

championLa CCMD a étudié les demandes de passage à la classe exceptionnelle, soit au titre du vivier 1 (fonctions particulières : avoir été CE ou formateur pendant 8 ans au moins), ou au titre du vivier 2 (carrière exceptionnelle reconnue par la DSDEN) : 20 promotions ont été accordées pour le vivier 1 et 6 pour le vivier 2. Le FEP CFDT regrette que les 2 viviers ne sont pas fongibles : le nombre de promotions du vivier 1 est limité par les fonctions qui y donnent droit, alors que le nombre de promus au vivier 2 pourrait être plus important. La question est portée auprès du ministère.

 

                                         Liste d’aptitude

PE

 

 

La CCMD a étudié la liste d’aptitude, permettant à des collègues rémunérées sur la grille des institutrices d’accéder à la grille des Professeurs des Ecoles. Sur 12 demandes reçues, 7 promotions ont été validées (contre 5 l’an dernier).

 

 

 

 

Mouvement

Les propositions de nominations ont été validées par la CCMD. Comme en Commission de L’emploi, les departrefus des CE n’ont pas été suivis : l’IA regrette que ces refus ne sont pas argumentés sur des faits. Seuls des écrits factuels et étayés pourraient être pris en considération.

 

 

                                               Calendrier scolaire

Le FEP CFDT a questionné l’IA pour savoir quelles sont les obligations de services des enseignant-es . Le calendrier scolaire stipule en effet que « deux demi-journées (ou un horaire équivalent), prises en dehors des heures de cours, pourront être dégagées, durant l’année scolaire, afin de permettre des temps de réflexion et de formation sur des sujets proposés par les autorités académiques ». Les 2 IEN présents n’avaient pas pris connaissance de cette mention et n’ont pas eu connaissance de modifications parues dans le BO. Ils ont promis de se pencher sur la question. Nous espérons que nous aurons une réponse avant que les CE établissent les calendriers de pré-rentrée : les obligations de la pré-rentrée se limitent-elles à 2 ou 4 demi-journées ? Sont-elles à décompter des 108 heures annuelles ?

 

 

Suppléant-es

Depuis la rentrée 2015, suite à l’action de la CFDT, les suppléant-es sont rémunéré-es sur la grille des MA2, ce qui leur permet (enfin) d’avoir une évolution de salaire!

PE2

Cette grille prévoit que les suppléant-es passent 3 ans dans l’échelon 1. Cette durée sera réduite à 2 ans et demi pour 20% d’entre-eux. Afin de déterminer ces 20%, des inspections ont été mises en place.  Les notes obtenues seront utilisées pour classer ces enseignant-es. Nous sommes surpris d’être questionné-es par des collègues concerné-es : personne ne leur a expliqué la raison de ces visites d’IEN !  Les IEN siégeant en CCMD sont aussi étonnés de cette situation, mais reconnaissent que leurs collègues peuvent considérer que les informations ont été données en amont de la visite. Le FEP CFDT précise que ces collèges, inquiets de la démarche et en situation de stress, peuvent ne pas avoir osé poser la question.

 

Hors Classe

La campagne pour la Hors Classe a été lancée dans la précipitation : délai pour déposer l’avis du CE très court, pas de communication de la note de service, erreur dans la liste des promouvables,  … Finalement, la CCMD du 5 juillet qui devait étudier ces promotions a été annulée et reportée à la rentrée (date provisoire : 20 septembre). LeFEP CFDT suivra le dossier des collègues qui l’ont demandé et les informera des éventuelles décisions les concernant.

 

Carte scolaire

Les effectifs déclarés par les écoles a engendré 18 fermetures et 8 ouvertures.

carte scolaire

La DEC a fait le choix de rendre au 2nd degré plus de 7 postes. Le FEP CFDT n’a pas validé cette décision : nous avons contesté le choix de fermer des classes dans des écoles qui déclaraient un effectif égal au seuil.  Mais nous étions encore seul à exprimer clairement cette position.

Pour les années à venir, l’IA a annoncé qu’il n’y aura plus de différenciation entre les effectifs maternelle/primaire, seul le nombre total d’élèves sera pris en compte. L’utilisation de la grille (seuils pour fermeture/ouverture) pourrait disparaitre, sans que le nouveau mode de calculs soit actuellement précisé.

Situation de l’Emploi 1er Degré (CDE Mai 2018)

mouvement emploi

 

Le nombre de poste à pourvoir restant supérieur au nombre de personnes à nommer, de nouvelles propositions auprès de collègues hors Vendée vont être faites : en plus des 3 intégrations prévues en amont du mouvement, 4 autres possibilités vont être ouvertes pour ces collègues.

 

 

 

Proposition de nomination pour les enseignant-es classées A

Rappel : Pour le mouvement 18, de nouvelles modalités ont été mises en place pour que les enseignant-es en priorité A aboutissent sur un poste et n’aient pas à participer à la RPRV. Ces changements font suite aux demandes répétées des membres FEP CFDT. Nous avons été souvent décriées à ce sujet, comme à d’autres, au cours des dernières CDE. Nous avons donc été très surprises d’entendre M BOUCHET annoncer que ces nouvelles modalités avaient « une efficacité réelle », ayant permis à la grande majorité des enseignant-es en A d’obtenir un poste ! Certes, il n’est pas allé jusqu’à reconnaitre le bien fondé de notre action syndicale, mais après une année en CDE particulièrement tendue, nous étions très satisfaites. De plus, M. BOUCHET a proposé que la CDE aménage à l’avenir ces nouvelles modalités, nommant des points que les membres de la FEP CFDT avaient déjà repérés.

Ces nouvelles modalités ont concerné 9 enseignant-es en A qui n’aboutissaient sur aucun de leur choix de postes. Contactées par téléphone, ces personnes ont pu faire un nouveau choix. Une seule a choisi de ne pas faire de choix : elle sera invitée à la RPRV où elle bénéficiera de sa priorité A.

Priorité diocésaine

Conformément aux textes, des enseignant-es en situation particulière peuvent bénéficier d’une priorité du directeur diocésain (dite priorité DD). Il s’agit souvent de situations de conflits pour lesquelles il est jugé préférable de faciliter la mutation de l’enseignant-e. Les membres de la FEP CFDT a rappelé que ces situations demandent une grande discrétion. Annoncer sur la place publique que tel-leenseignant-e arrive dans une école grâce à une priorité DD ne l’aide en rien : comment alors repartir dans un climat apaisé ?

Confidentialité des débats

Mr. BOUCHET rappelle fréquemment notre devoir de réserve. Nous sommes en accord avec lui pour les éléments concernant la vie personnelle des enseignant-es, comme nous l’avons exprimé au sujet de priorité DD, de CCM disciplinaire, de refus de CE.. . Mais, nous ne le suivons pas pour les propositions de nominations. Les textes sont très explicites : elles ne sont pas considérées comme relevant de la confidentialité. C’est d’ailleurs pourquoi les adhérent-es FEP CFDT ont été informé-es dès la fin de la CDE des propositions de nominations les concernant.

Demande du SYNADEC

Une enseignante était entrée dans le mouvement, mais avait choisi de ne pas donner suite. Son CE avait donc donné cette information aux collègues intéressé-es par ce poste. Malheureusement, cette collègue est décédée. Le poste étant devenu vacant, il a été attribué à une personne l’ayant demandé. Le SYNADEC demandait que cette proposition de nomination soit annulée, puisque d’autres collègues ne l’avaient pas candidaté, en fonction des informations données. Les syndicats des maitres ont refusé cette annulation : les enseignant-es sont invité-es à prendre contact avec les écoles, mais ils n’y sont pas obligé-es. Chacun-e peut suivre ou pas les indications données par les CE : elles peuvent être conformes, mais peuvent être aussi constituer un moyen d’évincer des candidat-es non désiré-es …

Rencontre annuelle avec le Directeur Diocésain (15/03/18)

organigramme

 

Comme chaque année, une délégation du syndicat FEP CFDT antenne Vendée (Catherine Jeanneau /Jean-Marie Chauvière / Sébastien Loiseau /  Maryse Belliard) a été reçue à la DEC par Christophe Geffard ( DD)  – Mr Remaud (adjoint délégué  au 2nd Degré) – Mr Bouchet (adjoint délégué au 1er degré).

 

PERSONNELS DE DROIT PRIVE

Beaucoup d’établissements ont engagé des travaux : le nombre de tâches à accomplir augmente pour le personnel de service, dans un temps équivalent. Les agrandissements engendrent une surcharge de travail sans personnel supplémentaire et sans compensation salariale. Ces effets de surcharge entraînent des tensions dans les services. La façon de travailler change. On est conscient que les établissements doivent faire face à des problèmes financiers, mais il ne faut pas que ce soit au détriment du personnel. Les premières versions des négociations NAO peuvent s’avérer intéressantes dans certains établissements.

La FEP CFDT demande à nouveau la mutualisation des emplois sur un secteur géographique, afin de permettre à une personne en inaptitude ou licenciement de retrouver un emploi. Mr Geffard réaffirme que chaque établissement est autonome. La communication des offres d’emploi entre établissements est facilitée, mais il n’y a pas d’obligation de reclassement dans une autre structure.

 

MISE EN PLACE DU CSE DANS LES ETABLISSEMENTS

Au sujet de la mise en place des nouvelles règles en matière de représentation du personnel, les directeurs ont été informés. Le service RH de la DEC leur a fourni un kit.

 

NOUVEAU STATUT DES CHEFS D’ETABLISSEMENT

Il y a un même statut pour le 1er et 2nd degré à partir du 1er septembre 2017. La mise en œuvre sera progressive avec une montée en puissance sur les 5 prochaines années. Les incidences économiques sont importantes : environ 10 euros de plus par an et par élève du 1er degré, soit 50 euros de plus dans 5 ans.  Le 2nd degré contribue d’une dizaine d’euros par élève au bout des 5 ans. Une partie de cette somme est éligible au coût du forfait communal à hauteur de 80% de l’indemnité de direction. Les 20 % restant correspondent à la mission pastorale et est entièrement à la charge des familles.

Des réunions avec les OGEC sont organisées pour présenter le nouveau statut. Il paraissait avoir pour conséquence l’engagement de sommes très importantes. Les chiffres annoncés aujourd’hui sont plus raisonnables, soit 1 euro de plus par mois par élève cette année. Pour Mr Geffard, « Au final, il y a un service qui est rendu, qui est accepté par les familles déjà présentes dans les écoles, mais qui peut être dissuasif pour les nouvelles familles. »

Le FEP regrette les faibles augmentations pour les personnels OGEC, comparées  aux sommes allouées aux directeurs. « Cette différence n’est pas toujours bien acceptée. » Mr Geffard rappelle que la décision a été prise au niveau du CNEC ( CODIEC national) et que l’objectif est de faciliter le recrutement des chefs d’établissement du 1er degré grâce à ce nouveau statut.  Cependant, la question des décharges reste essentielle.

 

CODIEC

Suite à la remarque de Catherine sur la faible représentativité du personnel au CODIEC :

1 personne (CFDT :personnel de Droit Privé) sur 12 à la commission exécutive et 3 sur 32 en plénière ( 1 CFDT, 1 CFTC : retraitée et 1 SPELC : professeur des écoles mais qui assure la direction d’une école de 10 classes ), Mr Geffard dit apprécier la présence au CODIEC du représentant FEP CFDT.

 

PERSONNELS DE DROIT PUBLIC

Effectifs 1er Degré

Mr Bouchet annonce une baisse importante des effectifs pour le 1er degré : de -170 à -300 d’après le rectorat. L’enquête faite par la DEC en Octobre prévoyait -665. Mr Bouchet reste optimiste : « Il y a des chances que cette diminution soit moins importante ».  Actuellement, 29 fermetures sont envisagées. Environ 10 écoles sont susceptibles d’ouvrir une nouvelle classe.

Pour les années à venir, les seuils de fermeture et d’ouverture actuels ne seront plus forcément respectés.  L’Inspection Académique envisage de travailler avec le E/C (nombre d’Élèves/nombre de Classe), soit le nombre moyen d’élèves par classe en fonction de la typologie des écoles.

Pour le moment, la DEC utilise encore les seuils, mais les croise avec le E/C. Depuis que l’enseignement privé gère elle-même la répartition des moyens qui lui sont alloués, son autonomie est assez importante et elle peut ainsi choisir de privilégier certains critères pour maintenir ou fermer une école.

Le déficit de postes de la Vendée par rapport aux autres départements dans la répartition des moyens a diminué, mais il existe encore.

Le FEP CFDT souligne que le hors contrat paraît sur les tableaux de l’IA. Leur augmentation est proportionnellement énorme, le nombre d’écoles est aussi en augmentation constante.

 

Effectifs 2nd Degré :

Mr Remaud : Les effectifs augmentent de + 73 élèves en collège et +382 en lycée, et ceci  avant les  portes ouvertes qui amènent de nouveaux élèves. Certains lycées ne peuvent plus prendre de nouveaux élèves, malgré de fortes demandes. La règle est d’inscrire prioritairement les élèves du réseau de proximité, puis les élèves du réseau hors proximité, et enfin les élèves du public de proximité.

Le FEP souligne que l’enjeu est d’importance, et insiste sur la nécessité d’une règle commune.

Mr Remaud : Il manquerait 19 postes entre les moyens attribués et les besoins réels.

Mr Geffard : Des postes du 1er degré iraient vers le 2nd degré. Le prochain CODIEC décidera des arbitrages entre 1er degré et 2nd degré, sachant que la Carte Scolaire définitive du 1er degré est en juin alors que celle des lycées est en décembre. Les moyens du 1er degré qui pourraient passer dans le second degré ne permettront pas des ouvertures de classe.

Mr Geffard : Il y a une particularité pour le  Sud Vendée où le maillage est faible- Il y a une souplesse pour les familles qui souhaiteraient une scolarité dans le Privé alors qu’ils ne peuvent pas entrer dans le 1er degré à cause du forfait communal qui n’est pas attribué pour les enfants hors commune et qui souhaiteraient une scolarité dans le Privé pour le second degré

Mr Geffard : La volonté du rectorat est de ne pas augmenter les heures contrat, mais d’augmenter les heures d’HSA : + 20 % d’augmentation. L’emploi des titulaires est fragilisé.

Le FEP craint que le recours généralisé aux HSA prépare à terme l’augmentation du temps de travail des enseignants du second degré.

Mr Geffard : Une ULIS collège est créée, mais c’est un moyen fléché qui ne ponctionne pas l’enveloppe des postes « classiques ».

 

Suppléants/ DA :

Pour la DEC, le problème est plus de l’ordre du recrutement. On est passé de 112 délégués à 120, 96 nouveaux suppléants ont été recrutés depuis la rentrée. 13 demandes de suppléances dans les écoles n’ont pas été satisfaites. Il y a des initiatives dans certaines écoles pour répondre au manque de suppléants. Dans les grandes villes, les problèmes de recrutement sont moins importants.

Le FEP souligne que la paye d’un suppléant du privé est 300 euros inférieure à celle du public.

Le FEP indique que les 3 jours de carence pour le 1er degré constituent une catastrophe pour les équipes.   Il demande ce que sont devenus les 12 ETP supplémentaires alloués à l’enveloppe suppléants des Pays de Loire.

Les responsables de la DEC ne semblent pas se souvenir de cette information.  Mr Geffard précise que c’est le rectorat qui gère cette enveloppe*, mais qu’elle n’est pas consommée entièrement.

(* Le rectorat a un budget attribué pour les suppléances. En cours d’année 2017, comme l’ensemble des moyens n’était pasconsommé, une souplesse a permis le passage de 3 jours de carence à 2.)

7 ETP n’ont pas été consommé l’an dernier. Pour autant, la suppression totale du délai de carence n’est pas envisagée par le recteur.

Mr Geffard précise : Cette enveloppe est suivie- L’enveloppe de suppléants  non dépensée va vers des postes de contrat.

Cette réponse nous a interrogées.

En février 2018, 61 % des moyens pour l’année en cours sont consommés.

 

Le  FEP demande que les formateurs DEC qui accompagnent les suppléants donnent des informations actualisées sur les possibilités de titularisation : Attention à ne pas diffuser de fausses infos sur des concours qui ne sont plus en place par exemple !

(Ex : Le concours spécifique pour les suppléants qui n’est pas reconduit.)

 

 

PREVOYANCE

Le FEP rappelle notre demande de l’année passée sur la diffusion des documents au sujet de la prévoyance. Les personnels des établissements n’ont pas connaissance de leur contrat et de leur couverture.  Les responsables de la DEC semblent être surpris que cela n’ait pas été fait et nomment un problème de communication. Le FEP suggère d’utiliser la communication via Lu sur Agora.

 

DIALOGUE SOCIAL

Le FEP évoque la question de la 28ème heure (heure de pastorale en 1er degré) et précise que la position de la DEC n’est pas conforme à celle de M. Balmand (président du SGEC). Celui-ci a répondu clairement lors du congrès de la FEP à la Rochelle que cette heure ne pouvait être imposée aux enseignant-es.

Le FEP précise qu’elle reconnait que des divergences seront permanentes entre les points de vue des responsables de la DEC et les siens. Les représentants de la Fep souhaitent le respect de chacun et le suivi des textes réglementaires.

 

Commission de l’emploi 1er degré Vendée (premier trimestre 2018)

cde85

La situation de l’emploi cette année, au regard du nombre important de départs en retraite, est moins tendue que ce que nous avons pu connaître ces dernières  années. Cela devrait nous permettre d’envisager la possibilité d’accueillir tous les stagiaires 2018-2019 qui souhaitent le 85, et d’ouvrir les portes à 3 personnes demandant leur intégration dans le 85.

 Nous, représentantes du FEP CFDT, nous réjouissons de pouvoir ainsi satisfaire les intérêts d’un plus grand nombre de personnes (Par le passé, nous avons souvent regretté que les personnes souhaitant muter en Vendée trouvaient presque systématiquement les portes closes.)

En ce qui concerne l’étude des priorités B1 (demande de rapprochement pour impératifs familiaux ou de santé), la CDE a validé la grande majorité des demandes.  Seulement deux demandes ont été rejetées : la première car la distance entre le domicile et l’école était insuffisante, et la seconde car le certificat médical présenté n’était pas signé par un médecin agréé.

En ce qui concerne la gestion des personnes en priorité A, nous espérons que la possibilité qui leur a été offerte cette année d’augmenter le nombre de choix de postes (10 choix possibles), permettra au plus grand nombre d’échapper à la RPRV (réunion à l’issue du mouvement des B pour distribuer les postes restés vacants). Certaines personnes le vivent, avec beaucoup de stress, plusieurs années de suite avant d’aboutir enfin sur un emploi stable. C’est inadmissible !

Dans le cas où un enseignant en priorité A n’aboutit toujours pas sur l’un de ses choix, une proposition de poste encore vacant lui sera faite au cours de la première phase d’étude (9, 10,11 avril). L’enseignant aura un délai court de réflexion, mais peut toujours refuser la proposition. Mais dans ce cas, il devra le spécifier par écrit et il devra, comme les années passées, participer à la RPRV.

Parfois, lors des CDE, nous sommes confrontés à la présentation de situations d’enseignants (adjoint ou directeur) en difficulté.  Nous voudrions rappeler ici, comme nous le faisons en CDE, que l’employeur est l’Etat. Il nous paraît dommageable, pour tout le monde, que certains dossiers soient traités en interne (souvent gérés par la direction de l’école, l’APEL et /ou la DEC).  Cette année encore, nous avons souligné qu’un grand nombre d’éléments rapportés ne constitue pas des fautes professionnelles et ne devrait en aucun cas être mentionnés dans ces courriers. De plus, par deux fois, nous avons été choquées par le rôle de certains collègues enseignants, acceptant de rédiger des témoignages à charge, appuyant sur la tête de la personne qui se noyait.  Nous comprenons mal ces comportements et nous les trouvons peu dignes d’éducateurs. Comme sur une cour d’école, laisser les situations s’envenimer, ce n’est pas la meilleure solution. Mais comme pour les élèves, l’enseignant doit avoir le droit à l’erreur et doit bénéficier de l’aide des conseils pédagogiques et de l’accompagnement des Inspecteurs de l’Education Nationale, avant de subir la vindicte de parents et/ou de collègues qui ne sont pas habilités à juger la pédagogie de l’enseignant incriminé. N’oublions pas non plus, qu’en définitive, dans le cas ultime où l’enseignant ne pourrait plus assurer son poste et qu’il convient de protéger les enfants, seule l’Inspection a le pouvoir de le sanctionner, le suspendre ou l’exclure.

Mouvement des enseignant-es classé-es A

Vous êtes classé-es en priorité A pour le mouvement 2018.Capture
A2 : fermeture et CE démissionnaire.
A3 : retour de disponibilité.
A4 : enseignant-e à temps partiel voulant augmenter son temps de travail (et non plus exclusivement les enseignant-e à temps partiel voulant reprendre un temps plein).
NOUVEAUTES 2018 :
►Vous avez pu faire jusqu’à 10 choix (en équivalent temps plein).
►Vos voeux de poste seront étudiés en amont du mouvement (du 9 au 11 Avril 2018).
►Si vous n’aboutissez sur aucun de vos choix de poste, les services de la DEC vous contacteront pour vous proposer
– un autre poste
– OU de participer à la RPRV(choix notifié par écrit).

►Le contact se fera par téléphone et le délai pour répondre sera limité.

 

Télécharger l’affiche ici 

Modification calendrier scolaire vacances de printemps

Le changement des dates de vacances de printemps a une incidence pour l’organisation des enseignant-es exerçant dans différentes écoles. Le FEP CFDT a contacté le service du  SAGEPP qui a donné la réponse suivante :  le 23 avril 2018 remplace le 7 mai 2018 et que le 24 avril 2018 remplace le 11 mai 2018, conformément à la décision de Monsieur le Recteur

CCMD du 13 février 2018

Sppcruite à la mise en place des PPCR, les 3 rythmes d’avancement (grand choix, choix et ancienneté) sont abandonnés. Les changements d’échelon peuvent donc être connus au préalable par les enseignant-es. Seul-es, les collègues des 6° et 8° échelon peuvent bénéficier d’un rythme différent : pour cette année de transition, les accélérations de carrière ont été accordées selon les anciens critères (soit note + AGS). A partir de la rentrée prochaine, elles seront déterminées en fonction des grilles d’évaluation rédigées lors des RV de carrière. Le SAGEPP indique que la mise en paiement pour les enseignant-es concerné-es sera effectif sur le salaire de mars ou avril, avec effet rétroactif le cas échéant. Le nombre de promotions étudié lors de cette CCMD est particulièrement faible : après vérification par les responsables du FEP CFDT, il s’avère que beaucoup de promotions avaient été octroyées lors du reclassement de Septembre 17. Le nombre de promotions total est en fait légèrement supérieur à celui de l’an passé. (499 pour l’année 17/18 pour 475 en 16/17)

Caractère propre des établissements : un rappel à la Loi qui fait du bien

Il ne faut pas abuser du caractère propre

Dans un courrier adressé aux recteurs d’académie, le ministère de l’Education  a rappelé les obligations des chefs d’établissement relatives au caractère propre et a tiré les conséquences notamment en ce qui concerne les enseignants. Il est confirmé :

  • les évènements liés au caractère propre hors cadre réglementaire (programmes officiels, obligations de service) doivent être organisés en dehors du temps scolaire
  • A défaut, les heures non assurées devront être rattrapées  en amont  dans leur intégralité par les élèves.
  • Pendant les activités spirituelles et éducatives les heures d’encadrement  assurées par les enseignants seront assurées sur la base du volontariat. Lire la suite de cette entrée »